dimanche 21 décembre 2014

Rat noir, une dynamique ?

Suite à l'article précédent sur le Rat noir, nous avons examiné les photos de Rat surmulot sur la base Faune-Anjou et au moins une, de 2011, a attiré notre attention. De plus, photographié avec un mètre, le spécimen permettait des mesures du pied et du pavillon d'oreilles en plus du comptage des anneaux de la queue.
Déjà, sur la photo originale, le poil apparait noir et soyeux et la queue très effilée. Avec plus de 230 anneaux (via une extrapolation sur la partie terminale, la photo manquant de résolution) sur la queue (Noir 200 à 260, Surmulot 160 à 190), un pied de 35mm (Noir 31 à 43, Surmulot 41 à 45) et un pavillon de 26mm (Noir 20 à 24, Surmulot 16 à 20), nous sommes bien en présence d'un Rat noir.

ATTENTION,
l'observation ci-dessous est en cour de vérification
Le crane semble être un Surmulot !
Attendons le verdict de Patrice
De plus, en mai 2014 et au même endroit, Joël, l'auteur de cette 1ère observation, avait découvert un nouveau cadavre tué par une Poule! Mis dans le compost, il vient de récupérer le crane pour une identification et, là aussi, c'est un Rat Noir.
Sur la période de l'atlas (2008-2017) nous avons 3 observations de cette espèce sur deux carrés, alors que fin septembre nous étions à zéro observation. Nous sommes encore loin des 349 carrés mais, l'espèce étant maintenant certifiée toujours présente sur notre territoire, surveillez les cadavres et récoltez des pelotes...


lundi 24 novembre 2014

Rat surmulot ou Rat noir ?


Ce lundi 17 novembre je décide d'explorer un carré en limite sud du département pour trouver des indices de présence d'espèces communes. Entre Yzernay et Somloire, je repère un cadavre sur la route. Après inspection, le cadavre est en bon état et, compte tenu de la teinte grise et de la taille, je pense à un Rat surmulot mais, ne connaissant pas bien cette famille, je prends quelques photos et je collecte le cadavre pour le faire identifier par un spécialiste.
Coïncidence, Patrice, le spécialiste, me téléphone sur le chemin du retour. Sans me donner d'indication précise, il me demande de compter les anneaux de la queue. Sur les photos, je dénombre plus de 210 anneaux. Le comptage est difficile à l'extrémité et la base est cachée par les poils mais on peut facilement extrapoler et estimer que la queue est composée d'au minimum 220 anneaux. Un rapide contrôle sur Internet m'indique que je suis dans le début de la zone du Rat noir (200 à 260 et 220 à 290 suivant les sites) mais, précision importante, tous précisent que la couleur varie du gris au noir suivant le morphe (frugivorus à ventre blanc, alexendrinus à ventre gris et rattus de couleur noire).

Le cadavre est confié à Patrice et voici son analyse :
Fourrure : couleur du dos gris brun, dessous gris sans ligne de démarcation nette (morphe alexandrinus )
Sexe : jeune mâle
Poids : 125 grammes
Tête+corps : 180 mm
Queue : 187 mm, 228 anneaux
Pied postérieur : 35 mm sans les ongles
Oreille : 22 mm
Les critères crâniens et la dentition correspondent à un rat noir Rattus Rattus.
Conclusion Rattus rattus alexandrinus.
La queue est conservée au congélateur et le crâne en collection de référence.

Le Rat noir est donc confirmé et c'est une première dans le cadre de l'atlas des Mammifères de Maine-et-Loire 2008-2017. L'observation du morphe alexendrinus indique qu'il faut se méfier en présence d'un cadavre de rat et ne pas conclure à un surmulot uniquement en fonction de la couleur.

Recommandations sur le terrain :
Toutes les observations de Rat noir sont soumises à homologation pour l'atlas. Pour cela, un minimum de mesures est à prendre sur le terrain.
Mettre le rat sur le ventre, les pattes écartées de chaque cotés, la tête pointée vers l'avant et la queue droite pour prendre les mesures. Prendre une photo de la mesure complète et de la queue seule. Si vous pensez que c'est un Rat noir (queue égale ou supérieur à tête + corps), collectez le corps quelque soit son état et transmettez-le à un coordinateur (au besoin, coupez la queue et la tête si vos mesures sont correctes et mémorisez sur photos). Les photos de cet article datent de la découverte sur le terrain et ne sont donc pas représentatives de ces nouvelles directives !

Jean-Do. et Patrice

jeudi 13 novembre 2014

Compte rendu de la réunion du 6 novembre 2014

Quelques rappels :
Blog dédié à l’atlas : http://atlasmammiferes49.blogspot.fr/
Coordinateurs : Édouard Beslot, Bruno Gaudemer, Tiphaine Heugas, Benjamin Même-Lafond, Patrice Pailley, Nicola Rochard, Jean-Do Vrignault.
Cartes adaptées aux prospections (anciens sites de récolte des pelotes + cartographie des ponts) : n’hésitez pas à contacter un des coordinateurs qui vous mettra à dispositions les cartes topographiques que vous souhaitez pour vos prospections.
N’oubliez pas également le fichier permettant de connaître les espèces présentes ou absentes sur un carré. Vous pouvez télécharger la version pour Excelde Microsoft Office ou la version pour Calcd'Open Office.
Personnes présentes à la réunion : Loic Bellion, Marc Bellion, Pascal Bellion, Édouard Beslot, Céline Boisard, Grégoire Fauvel, Tiphaine Heugas, Myriam Labadesse, Régis Lebihan, Jacques Lemore, Mickaël Leroy, Nelly Leroy, Benjamin Même-Lafond, Patrice Pailley, Jean-Philippe Richou, André Robert, Nicolas Rochard, Damien Troquereau, Joël Tudoux, Jean-Do Vrignault.

    1. Points abordés
  • Espèces communes/maille
    Retour sur l’objectif proposé le 12 octobre 2014 : « Sur le pré-atlas [données prises en compte jusqu’à fin août], 9 à 10 taxons communs sont présents sur 45 % des 349 carrés. L'objectif est de passer à plus de 90 % des carrés à la fin de l'atlas (2018). Dans un premiers temps essayons de passer la barre des 50 % d'ici la fin de l'année. ».
    Suite à cet appel l’objectif semble déjà atteint ! Toutefois il y a encore beaucoup de manques dans le Segréen et l’extrême N-E Baugeois. Il faut donc continuer l’effort… jusqu’à l’objectif final de 90 % (et pourquoi pas 100 % ? )…
    Quelques tuyaux pour trouver les 10 espèces communes :
    Espèces
    « Technique » (indices de présence)
    Hérisson d’Europe
    Collision routière.
    Taupe d’Europe
    Taupinières : talus routier, pelouse…
    Renard roux
    Empreintes dans la boue ; odeur caractéristique.
    Fouine
    Crottier en bâtis ; collision routière (bien noter les critères pour faire la différence avec la Martre)
    Blaireau européen
    Empreintes dans la boue (piste forestier/chemin agricole) ; terrier… (Des infos sur le blog de Ludovic Thomas).
    Chevreuil européen
    Empreintes ; crottes.
    Lièvre d’Europe
    Empreintes ; crottes.
    Lapin de garenne
    Crottes et contact visuel facile.
    Écureuil roux
    Présence de « nid » ; pomme de pin rongée…
    Ragondin
    Crottes et contact visuel facile.
    N.B. : ne pas hésiter à prendre des photos des empreintes, crottes et entrée des terriers, en mettant un mètre ou un élément permettant d’apprécier les dimensions.
  • Outils de prospections – Fichier « Synthèse espèces/maille »
Il se trouve sur le blog dans l’onglet Protocolesde prospection et outils ; il permet d’avoir accès aux espèces présentes sur chaque maille. Attention le fichier est à re-télécharger à chaque sortie de pré-atlas afin qu’il soit à jour (N.B. : la date du fichier est présente sur la 2e ligne permettant de vérifier si le fichier que vous avez est à jour).
  • Référent par maille
Il a été proposé (Édouard Beslot), afin d’assurer une prospection optimale de l’ensemble des mailles (carré de 5 x 5 km) d’ici la fin de la période d’enquête, que les observateurs prennent en charge des mailles (min. 4 consécutifs afin de créer des zones cohérentes, soit 10 x 10 km). La prise en charge de mailles a pour but de s’assurer que d’ici la fin de l’atlas « l’effort de prospection maximal » a été réalisé. Chaque référent devra donc prospecter les différents habitats présents sur la maille (axer des prospections : milieux aquatiques, forestiers…), s’assurer que les 10 espèces communes sont présentes, explorer les ponts (recherche de chauves-souris, indice de loutre) et… vérifier les anciens points de collectes de pelotes ! Concernant ce dernier aspect une attention supplémentaire devra être accordée à la collecte dans les secteurs où des espèces rares de micromammifères ont déjà été notées afin de bien préciser leur statut au terme de la période atlas (v. cartes ci-dessous).


Merci à ceux qui souhaitent se porter référent de prévenir Jean-Do Vrignault, ce dernier se charge d’élaborer une carte faisant état des mailles prises en charge.
  • Point sur l’état d’avancement micromammifères
Gros manque pour l’instant par rapports aux objectifs fixés ! 
(Rappel : 300 proies d’Effraie des clochers par carré de 5 x 5 km). Actuellement le nombre de « décortiqueurs » est faible mais le plus gros manque provient de la collecte de pelotes ! La qualité de l’atlas passe en grande partie par la qualité de l’effort de prospections porté à ce groupe.
Afin d’essayer d’augmenter la collecte des pelotes il est proposé (André Robert) de réaliser un « flyer » expliquant notre recherche pour distribuer en mairie par exemple... Deux possibilités s’offrent à nous, soit repartir du document édité par le GMB dans le cadre de leur atlas en y apportant les modifications nécessaires, soit en utilisant (et modifiant si nécessaire) le document que nous avons réalisé au lancement de notre atlas (n’hésitez pas à contacter Édouard Beslot pour obtenir ce document en version imprimable) (v. annexe). De plus, en annexe vous trouverez un article type à proposer à votre commune (bulletin municipal) afin de faire un appel à collecte de pelotes (Merci à Benoît Marchadour pour la trame).
À partir des données récoltées au cours de la période Atlas oiseaux nicheurs 2009-2012 Édouard va réaliser un fichier (KML/Googlearth) avec les indices probables et certains de reproduction d’Effraie des clochers…
À noter, lors de la sortie du prochain pré-atlas (fin janvier 2014), il y aura une carte du nombre de proies par carré permettant de mieux cibler la recherche de pelotes.
  • Point Chiroptères
Gros effort réalisé en 2014 ! Tient beaucoup aux chiroptérologues qui maîtrisent l’acoustique… Effort qui devrait encore perdurer à en croire leur motivation !
Loïc Bellion et Jean-Do Vrignault proposent de prêter ponctuellement leur enregistreur pour les personnes résidant sur une maille où il n’y a que très peu d’espèces recensées. La pose devra avoir lieu bien évidemment en lieu sûr (jardins/bois privés avec accords). Les enregistrements seront ensuite analysés par les personnes compétentes (… les mêmes que ceux qui possèdent le matos !).
 
    2. Passages en revue des cartes espèces (pré-atlas à fin août 2014)
Les cartes (que vous pouvez retrouver > ici <) ont été commentées une à une. Certaines cartes en particulier ont fait l’objet de commentaires, nous en faisons état ci-dessous (ordre alphabétique) :
- Barbastelle : devrait probablement être partout ;
- Blaireau : il reste encore pas mal de données anciennes… ;
- Campagnol des champs : 1re espèce chez les micromammifères en termes de présence ;
- Campagnol des Pyrénées (Microtus gerbei) : les données déjà récoltées semblent indiquer une évolution de répartition négative ;
- Castor : donnée de présence sur la « maille de Freigné » probablement erroné (à rectifier/Pascal Bellion), celles du secteur du Ribou/Verdon également (à rectifier/Jean-Do Vrignault). Nous devons être vigilants quant aux indices de présence de l’espèce… le Ragondin est également capable de couper du bois de la taille « d’un bon pouce » !
- Cerf élaphe : attention aux données qui proviendraient du secteur de La Membrole, 1 individu échappé d’élevage a traîné dans le coin ;
- Crocidure musette : 2e espèce chez les micromammifères en termes de présence ;
- Lapin de garenne : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Lièvre : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Mulot sylvestre : 3e espèce chez les micromammifères en termes de présence…
- Murin de Daubenton : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Musaraigne couronnée : 4e espèce chez les micromammifères en termes de présence ;
- Pipistrelle commune : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Pipistrelle de Kuhl : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Pipistrelle de Nathusius : devrait probablement être partout… discussion chez les chiroptérologues, qui aura raison ?!
- Putois : semble plus présent dans les Mauges ! Biais de prospection ou fait réel par rapport aux milieux rencontrés (bocage) ? Quid dans le Segréen et le Baugeois…
- Ragondin : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Rat noir : est-il encore présent en Maine-et-Loire ? (piste de prospections : v. à proximité des élevages de volailles).
- Rat surmulot : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Renard roux : l’ensemble des mailles devrait être couvert…
- Taupe : l’ensemble des mailles devrait être couvert… (Sauf peut-être une maille… ! )
    3. Blog dédié à l’Atlas… à faire vivre !
N’oubliez pas de faire remonter vos observations atypiques, anecdotes de terrains, découvertes intéressantes… à envoyer à Jean-Do Vrignault. Faites remonter à minima 1 ou 2 paragraphes avec au moins 1 photo.
Merci de collecter l’ensemble des articles de presse que vous pouvez trouver concernant les mammifères de Maine-et-Loire et de les envoyer à Édouard Beslot.
    4. Organisation, orientation des prospections et nouveaux objectifs…
  • Cibler les espèces sous-prospectées… (Micromammifères + v. cartes espèce)
  • Prospections par secteur : Segréen, « sud du couloir du Layon » et extrême nord-est Baugeois sous prospectés. Dans les tuyaux pour l’instant : Loïc Bellion se charge d’organiser un week-end de prospection dans le Segréen avec un point de chute à Vern d’Anjou (contact) au printemps 2015.
  • Mettre en place des formations/prospections : une formation mammifères semi-aquatiques (principalement axée sur le Campagnol amphibie) semble être plébiscité par plusieurs naturalistes. Tiphaine Heugas se propose d’en organiser au moins une en 2015 (date et lieu à définir).
Benjamin Même-Lafond propose quelques objectifs. L’idée étant d’évaluer notre avancement au fur et à mesure de l’avancée du projet. Pour ce faire, des objectifs intermédiaires d’une part, et des objectifs « fin d’atlas » sont proposés. Chaque « carte de synthèse » fait ainsi l’objet de buts de prospection à plus ou moins court terme, repris dans le tableau suivant.





Objectif intermédiaire
Objectif fin d'atlas
Tous mammifères
Aucune maille1 à moins de
5 espèces
Toute maille1 supérieure à
30 espèces
10 mammifères communs
50 % des mailles avec au moins
9-10 espèces "communes"
90 % des mailles avec au moins
10 espèces « communes »
Micromammifères
Aucune maille1 vide
Pas défini pour l’instant
Chauves-souris
Aucune maille1 vide
Au moins 10 espèces par maille1 et présence des espèces communes

À noter, pour les mailles limitrophes nous allons rentrer en contact avec les départements voisins afin d’obtenir si possible les données existantes.
1 Ces mailles concernent les mailles avec au moins 1/3 de la surface en Maine-et-Loire.
 
    5. Communication (appels à contribution…)
Bien que la collecte de données ne faiblisse pas, au contraire… il nous paraît quand même important de communiquer sur notre projet, nous aurions tort de nous priver de témoignages peut être très intéressants. De plus, pour la collecte de pelotes nous avons peut être beaucoup à gagner de communiquer largement.
Depuis le début nous évoquons « la communication » ! Au lancement de l’atlas nous avons réalisé un document (v. annexe) et organisé une conférence de presse (v. page suivante)… plus de 30 contacts (presse écrite, télés locales…) ont été conviés ! Un seul journaliste a répondu présent…
Tiphaine Heugas et Édouard Beslot avait accepté lors des premières réunions de se charger en partie de la communication, mais ils ne peuvent créer les documents propres à chaque groupe ou les articles nécessaires… ils peuvent aider les référents espèces si ces derniers le souhaitent et se charger de relayer les informations que les référents veulent ! En 2015, nous ferons des piqures de rappels régulièrement aux référents pour diffuser les informations qu’ils souhaitent…
Une idée pourrait être de communiquer chaque mois sur une espèce : envoyé un appel aux contacts presse, diffusion sur les listes de discussion, diffusion auprès des réseaux naturalistes des structures partenaires (v. photo suivante)…
Certains naturalistes des Naturalistes Angevins sont également salariés de structures travaillant à la protection de la biodiversité en Maine-et-Loire… charge à eux de communiquer et de dynamiser le réseau bénévole de leur structure et de diffuser les appels des référents espèces. 

Tout était prêt pour recevoir les journalistes et illustrer nos propos : outre l’ordinateur et le vidéoprojecteur afin de montrer le blog dédié à l’Atlas, nous avions… indices de présence de certains mammifères (branches coupées par du Castor ; crottes de Genette, Loutre et Castor [conservées dans les boîtes de beurre… pour ceux qui se poseraient la question de la présence de ces dernières] ; pelotes de réjections), crânes, matériels de détection (piège photographique et détecteur d’ultrasons), ouvrages d’identification, l’Atlas de référence (Pailley et al. 1991)… et l’état d’avancement de notre projet (impression couleur)… discrètement subtilisé par notre journaliste… nous ne lui en tiendrons pas rigueur compte tenu qu’il est le seul à avoir daigné répondre à notre invitation !

Prochain point sur l’état d’avancement (pré-atlas) : prévu pour janvier 2015.
Pensez à faire remonter vos données, n’attendez pas !

dimanche 12 octobre 2014

Objectif : 90% des carrés avec 9 à 10 espèces communes

Le Hérisson d'Europe, la Taupe d'Europe, le Renard roux, la Fouine, le Blaireau européen, le Chevreuil européen, le Lièvre d'Europe, le Lapin de garenne, l'Écureuil roux et le Ragondin constituent le groupe des mammifères communs de Maine-et-Loire.

La carte ci-dessous dresse le bilan de la présence de ces espèces sur le pré-atlas à fin aout 2014.
Sur ce pré-atlas, 9 à 10 taxons communs sont présents sur 45% des 349 carrés. L'objectif est de passer à plus de 90% des carrés à la fin de l'atlas (2018). Dans un premiers temps essayons de passer la barre des 50% d'ici la fin de l'année.

Comment faire ?

Il faut d'abord bien se repérer sur la carte. Le modèle de ce lien permet de vous repérez plus facilement sur le département (cliquez sur le zoom pour mieux lire les agglomérations en fond de carte). Et sur cette page du site, vous avez des liens vers l'ensemble des carrés sur Google Map.

Ensuite, nous vous proposons deux méthodes :
  • Vous connaissez bien une espèce commune, vous devez afficher la carte de présence de cette espèces (la liste est sur ce lien) et repérer les carrés où l'espèce est absente (S13 par exemple). Rendez-vous alors sur cette page du site ou vous retrouvez le lien vers la carte du carré (S13-E0430N6660 dans notre exemple). A vous ensuite de prospecter ce carré pour trouver l'espèce recherchée et ainsi de suite pour les autres trous à boucher.
  • Vous connaissez bien un secteur où moins de 9 espèces communes sont présentes. Même chose, vous devez repérer le ou les carrés sur la carte générale puis sur cette page du site pour ensuite prospecter et trouver les espèces communes manquantes.
Bien entendu, dans touts les cas, n'oubliez pas de saisir vos observations dans l'une des deux bases de données en ligne. avant le 15 janvier 2015, date à laquelle nous collecterons les observations pour une actualisation du pré-atlas 2014.

Alors chiche, fin 2014, 50% (ou plus) des carrés seront couverts.

mercredi 1 octobre 2014

Le Minioptère de Schreibers en Anjou !

Au printemps 2014, le premier Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii) angevin était inventorié sur la commune de Broc par des enregistrements acoustiques.
Vendredi 19 septembre dernier, une capture de chauves-souris au nord d’Angers, en limite du périmètre Natura 2000 des Basses Vallées Angevines, a permis une nouvelle rencontre avec cette espèce. Cette dernière, d’affinité méridionale, est cavernicole et intimement liée aux zones karstiques.
Ces données sont intéressantes puisque cette espèce n’avait jusqu’alors jamais été rencontrée dans notre département. Rappelons que cette espèce est inscrite à l’annexe II de la Directive européenne « Habitat-Faune-Flore » et est classée comme vulnérable à l’échelle nationale.
Cette découverte est la bienvenue dans le cadre de la dynamique de récoltes de données auxquelles participe la LPO Anjou pour le futur Atlas des mammifères sauvage du Maine-et-Loire en cours.
Nous voici donc en présence d’une nouvelle espèce de mammifère en Anjou !

ALLAIN Charlène, BESLOT Edouard, GAUDEMER Bruno, HENNIQUE Stéphanie, LARCHER Gérald, LEROY Michael, MEME-LAFOND Benjamin et ROCHARD Nicolas


Photos de Stéphanie HENNIQUE

Et pour les amateurs d'acoustique, deux séquences en expansion de temps x10 (mp3).

La 1ère séquence est en main :


La seconde au décollage avec un Grand Murin derrière :


mercredi 9 juillet 2014

« Voilà donc le Minioptère en Maine-et-Loire » Michel Barataud

Lors d’une semaine de repérage sur la commune de Broc par Michaël LEROY (service civique Chiroptères de la LPO Anjou) et Émilien JOMAT (stagiaire Chiroptères de la LPO Anjou) en vue de préparer un radiopistage Euryale cet été, le premier Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii) angevin a été enregistré au SM2bat+.
C'est le 17 juin dernier, alors que le Rhinolophe euryale pointait le bout de son nez ce même soir proche du sentier du GR36 ; qu’à moins d’1 km de là, le légendaire Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii)  sortait d’une cavité souterraine pour "chanter"  pour la première fois en Maine-et-Loire devant le micro d’un SM2.
Cette espèce strictement cavernicole semble avoir trouvé refuge dans une ancienne champignonnière. Ce site est toujours en exploitation mais l’activité reste à l’extérieur dans des entrepôts, laissant une quiétude dans le site hypogé utile pour cette espèce sensible. Il est équipé d’une grille à barreaux verticaux dans sa moitié haute et horizontaux dans sa partie basse, permettant aux chauves-souris de passer au travers.
L’identification n’a pas été si simple. En effet, après plusieurs heures sur quelques séquences à s’interroger sur la courbure particulière des signaux, l’absence d’amorce explosive, leur fréquence terminale,...et un certain Jizz… ; une seule espèce semblait ressortir : le Minioptères de Schreibers. Mais devant le manque de netteté des signaux et leur durée réduite par un probable comportement de sortie de gîte, une confirmation par des experts apparaissait obligatoire.
Michel BARATAUD (dont la renommée n’est plus à faire) et le Groupe Chiroptère de Provence en la personne de Géraldine KAPFER (spécialiste acoustique du GCP) ont répondu à l’appel et ont confirmé l’espèce. « Voilà donc le Minioptère en Maine-et-Loire » conclut Michel Barataud.

Michaël LEROY et Émilien JOMAT


Fichier audio du Minioptère (mp3) : 



Figure 1 : Sonogramme de Minioptére de Schreibers (Miniopterus schreibersii) sur la commune de Broc (Juin 2014). 
(cliquer sur la figure pour la visualiser correctement)

samedi 10 mai 2014

Track sur le Murin d'Alcathoé

Le 9 mai 2014 s'est déroulé la première capture chauves-souris en Maine-et-Loire pour l'année 2014. Dans le cadre d'un projet porté par le CPIE Loire Anjou, l'objectif fixé est d'étudier une espèce encore mal connue sur le territoire angevin, le Murin d'Alcathoé (Myotis alcathoe). Cette espèce arboricole découverte dans les années 2000 (différenciée des autres espèces à museau noir notamment du Murin à moustaches – Myotis mystacinus) occupe les boisements humides pour son cycle de reproduction. L'espèce étant contactée depuis quelques années en acoustique sur les vallées humides des Mauges, le programme mis en place vise à affiner les connaissances sur cette espèce, et notamment dans les vallées encaissées des Mauges telle que la vallée de l'Evre, en recherchant les gîtes arboricoles utilisés et les territoires de chasse privilégiés par l'espèce.
Cette première capture à mobilisé une dizaine de bénévoles et s'est déroulée sur un site déjà connu pour abriter régulièrement l'espèce en période de mise bas, le château de la Baronnière à la Chapelle-Saint-Florent situé le long de la vallée de l'Evre. La capture a permis de recenser différentes espèces déjà connues sur le site : Murin à moustaches, Barbastelle d'Europe, Pipistrelle commune, Pipistrelle de Kuhl, Murin de Daubenton et bien sûr Murin d'Alcathoé. Deux individus de cette dernière espèce ont donc été capturés, un mâle et une femelle gestante. Ils ont ensuite été équipés d'un émetteur chacun, permettant de les suivre sur leurs territoires de chasse respectifs et d'identifier leur gîte. Malheureusement, au cours de la nuit un des émetteurs s'est arrêté de fonctionner et seul le mâle aura été suivi. 
Trois équipes ont donc été formées pour suivre le mâle baptisé « Toto ». A deux heures du matin, la bête est relâchée. Se posant dans un arbre, il y restera presque une demi-heure. Puis après avoir tourné en chasse pendant quelques minutes dans le parc du château, il rejoindra très vite la vallée de l'Evre. Il sera alors contacté jusqu'à quatre heures du matin en chasse dans la ripisylve du cirque de Courossé à presque un kilomètre du site de capture.
Reste à identifier le gîte occupé et les autres éventuels terrains de chasse utilisés par Toto. D'autres captures sont prévues au cours des années 2014 et 2015 pour affiner les connaissances sur l'espèce, souhaitons-le, aussi fructueuses que celle-ci.
Un grand merci aux propriétaires pour leur accueil ainsi qu'aux bénévoles pour leur mobilisation et leur bonne humeur.

Loïc Bellion

Quelques photos de la nuit :

dimanche 4 mai 2014

On en parle dans la presse

Un seul journaliste était présent à la conférence de presse ce 30 avril où nous voulions annoncer notre projet d'atlas à l'ensemble des médias du département !
Malgré cette faible participation, vous pouvez consulter l'article intéressant concocté par le Courrier de l'Ouest publié ce dimanche 4 mai.
Pour cela, vous avez le choix de cliquer sur les photos ci-dessous, ou de télécharger le pdf sur ce lien, ou encore de consulter ce résumé sur le site du journal.



vendredi 4 avril 2014

Piège photo efficace

Posè sur un coteau du Trézon sur la commune de Mazières, un piège photo a surpris une Genette. Même si les données avant 2008 ne donnait pas cette espèce sur ce carré de 5x5km, sa présence n'est pas une surprise mais encore faut-il s'en assurer.
Le piège photo est un bon outil pour rechercher sa présence sur de nouveau carrés. Alors, si vous disposez de cet outil, repérez un carré sans observation avérée sur la carte du pré-atlas, choisissez un site favorable, contactez le propriétaire, posez votre piège et attendez... Après quelques jours et un peu de chance vous pourrez trouvez ce type d'image sur votre carte SD.
Dans ce cas, n'oubliez pas de saisir votre observation sur une des deux bases en ligne.


Compte rendu de la réunion des Coordinateurs du 3 avril 2014



Présents : Edouard Beslot, Bruno Gaudemer, Tiphaine Heugas, Pascal Bellion, Loïc Bellion, Marc Bellion, Patrice Pailley, Nicolas Rochard, François Grangeard, Jean-Do. Vrignault.
Excusés : Benjamin Même-Lafond.

·         Communication autour du projet - C'est une évidence, il faut communiquer sur le projet. Reste à définir qui, quand et comment. A ce sujet, comme le projet engage les Naturalistes Angevins, nous devrons informer le CA avant toute communication officielle (c'est mon rôle !) mais aussi, en cas de conférence de presse, le président, Jean-Luc Ranger, désire y participer.
Tiphaine et Edouard sont volontaires pour piloter la communication du projet. Edouard nous propose un flyer présentant le projet sur le recto et comment participer sur le verso. On part sur une conférence de presse le mercredi 30 avril à 15h00 au local LPO de Bouchemaine (Présents : Tiphaine, Edouard, François, Jean-Luc, Jean-Do.). Edouard prévient la presse pour la sortie de dimanche et la conférence de presse. Il faudra communiquer à chaque sortie importante ou pré-atlas.

·         Achat éventuel de matériel - Lors d'une précédente réunion, l'achat de matériel a été évoqué (enregistreur Bats et pièges photos). Nous en avons discuté en CA et, si l'opération reste possible, elle est soumise à des conditions :
- Vérifier que ce matériel n'est pas déjà sous utilisé dans d'autres structures.
- Vérifier qu'il y aura bien des personnes pour s'en occuper.
- Pièges et enregistreurs nécessitent une dépose de plusieurs heures (ou jours) sur le terrain. Le CA impose que les propriétaires des terrains soient informés ou, à la limite, sans information mais avec une personne toujours à proximité.
- Les demandes de subvention de ces matériels sont effectuées par le CA des NA.
Recensement du matériel existant :
Pièges photos : Mauges Nature 2 , ONCFS 2, Tiphaine 1, Jean-Do. 1, LPO 2, Benjamin 1, Ludovic 1, Edouard 1, Olivier 1, Jacques 1, Jacco 1…
Enregistreurs : CPIE 2 SM2, LPO 2 SM2 1 EM3, MAUGES NATURE 1 D240X, Jean-Do 1 EM3+, Pascal (4 SM2), Nicolas (1 EM3 1 SM2)
Donc, on utilise dans un 1er temps le matériel existant. Il y a un déséquilibre sur les lieux ou sont actuellement utilisés ces dispositifs (SO !). Il faudra donc, lors des week-ends de prospection, utiliser ces dispositifs de façon intensive pour boucher les trous.

·         Organisation et/ou orientation des prospections - Il y a probablement plusieurs opérations à mettre en place dans ce sens :
- Faire des messages sur le site et la liste de diffusion pour orienter les prospections des espèces faciles sur les carrés vides.
- Mettre en place la distribution des cartes IGN 1/25000 des carrés pour les prospections ciblées.
- Orienter la recherche des pelotes.
Nicolas prépare les PDF des mailles 5x5km et les mémorise sur l’espace du site. Les cartes seront à disposition des bénévoles qui en feront la demande via l’adresse de l’atlas.
Coté pelotes, publication de la carte des points de récoltes des pelotes sur le site. Prévoir l’an prochain la sortie d’une carte des carrés sans récolte de pelotes.
En plus du 6 avril avec le 44, il y aura cet été, un week-end baugeois, probablement du 11 au 20 juillet et un week-end avec le 79 en septembre. L’an prochain, il faut prévoir un week-end segréen. La liste de diffusion est à utiliser pour organiser des prospections au pied levé.

·         Point sur les éléments du site Internet - Il faut faire le point sur plusieurs éléments :
- Liste des référents.
- Liste des protocoles.
- Construire la page des pelotes.
Pré-atlas, nouvelle parution en septembre avec, si possible, des données ONCFS.
Protocole, ajouter la Noctule et reprendre la numérotation comme sur les PDF 1/25 000.
Recherche de pelotes, présenter la carte de Nicolas et un lien sur la synthèse micromammifères. L’an prochain, prévoir une carte des trous en pelotes.
Coordinateurs, mettre l’adresses mail d’inscription sur la liste et pour les référents ongulés ajouter Tiphaine et Nicolas.

·         Organisation des futures réunion
- Rythme des réunions ?
- Ou les faire et avec ou sans Skype ?
Organiser une réunion après chaque sortie d’un pré-atlas avec l’ensemble des référents pour discuter des prospections spécifiques à réaliser. Sinon, on discute des problèmes par mail et, si besoin, faire des réunions par Skype : une groupe Mauges centre (Tiphaine), un Cholet (Jean-Do.), un au local LPO (Nicolas), un St Jean des Mauvret (Bruno). Les personnes citées doivent envoyer les pseudos Skype à Jean-Do pour un test avant.
Prochaine réunion Skype le lundi 28 avril à 20h00, 2 jours avant la conférence de presse.

·         Problème de mauvaise localisation sur un site Chiro
Benjamin doit nous préciser où sont les données mal localisées (FA ou fichier Excel ?).
On attend la prochaine mise à jour du pré-atlas pour prendre en compte la correction (septembre).
Il y a une réflexion à mener sur la saisie et collecte des données chiro. Il faudra programmer une réunion sur le sujet en décembre.

lundi 13 janvier 2014

Compte rendu de la réunion des coordinateurs du 19 décembre 2013



Cartographie :
-     Patrice ayant saisi toutes ces données anciennes, Jean-Do réalisera de nouvelles cartes de répartition des espèces début 2014.
-     Diverses cartes seront produites : cartes des lieux (anciens et nouveaux) de récolte des pelotes de réjection, afin de lancer une campagne de récolte. Une carte des lieux de résidence des bénévoles sera aussi réalisée afin de savoir quelle personne peut couvrir quel secteur.

Création adresse e-mail :
Une adresse e-mail spécifique à l’atlas à été créée. Vous pouvez désormais envoyer toutes vos questions concernant l’atlas à cette adresse :
Cette adresse sera gérée par Édouard Beslot.

Partenariat :
Lors des rencontres naturalistes des Pays de la Loire, il avait été évoqué un éventuel partenariat avec le PNR Loire Anjou Touraine, entre autre. Un courrier officiel sera envoyé aux diverses structures éventuellement concerné par la démarche (PNR, CORELA, EDEN, FDGDON…). Benjamin Même-Lafond se chargera de rédiger ce courrier et de le transmettre aux différentes structures.

Demande de subventions :
Des demandes de subventions seront envoyées à Nature et Découverte (entre autre) par Nicolas Rochard pour :
-         Achat de matériel : SM2Bat, loupe binoculaire, piège photo…
-         Impression de l’ouvrage,
-         Location de salle lors des week-ends de prospection.

Formation et week-end prospection :
Des formations et des week-ends de prospection auront lieu durant l’année 2014. Les dates de ces événements seront bientôt communiquées.

Protocoles :
Il reste deux protocoles à rédiger : les deux sur les chiroptères (protocole prospection pont et noctule). Après rédaction et relecture par les coordinateurs ils seront déposés sur le site Internet.

Conférence de presse :
Un dossier de presse sera monté pour présenter l’atlas. Il sera diffusé sur la liste de discussion des naturalistes angevins. Le dossier de presse + les protocoles et l’ensemble des cartes doivent donc être prêts pour la fin janvier dernier délais. Une conférence sera par la suite organisée début février.

mercredi 8 janvier 2014

Présentation du projet aux 5ème Rencontres Naturalistes Régionales

A l'occasion des 5èmes rencontres naturalistes régionales, Tiphaine et Marc ont présenté le projet d'atlas lors d'une communication le samedi 23 novembre 2013.

Photo © André Robert

Vous pouvez télécharger la présentation sur ce lien.

Compte rendu de la réunion du 30 septembre 2013



Nouvelles mammalogiques :

-       Découvertes de deux sites à Crocidure des jardins (Crocidura suaveolens) sur la commune de Seiches-sur-le-Loir cet été par Patrice Pailley en analysant des lots de pelotes de réjection collectés par Jean-Claude Beaudouin et Olivier Loir.

-          Une Genette (Genetta genetta) de capturée au château de Serrant en mai (piègée puis relâchée).

-         Découverte d’une douzaine d’adultes de Rhinolophe euryale (Rhinolophus euryale) à Chalonnes-sur-Loire et d’au moins deux adultes à Brion.

-          Découverte de la Loutre d’Europe (Lutra lutra) à l'extrême nord est du département sur la Marconne.

-    Découverte d’une femelle allaitante de Noctule de Leisler en forêt de Bareilles sur la commune de Chalonnes-sous-le-Lude.


Protocole : Se référer à la page dédiée

Idées générales :

-          Micromammifères : 300 proies par carré. Faire plusieurs récoltes par an.

-         Chiroptères : une capture ou un relevé acoustique sur chacune des mailles  + une carte interactive (droit ouvert sur demande auprès de Pascal Bellion)

-          Castor : compter le nombre de famille (cf. fiche Bruno)

 

NB : Martre / Fouine : pas de validation lorsque seul un excrément est trouvé.


Convention avec l’ONCFS : Document finalisé, il ne reste plus qu’à les signer.

Communication de l’atlas :
-          Le lancement officiel de l’Atlas se fera lors des Rencontres Naturalistes des Pays de la Loire et sera présenté par Marc Bellion et Tiphaine Heugas.
-          Les informations relatives à l’atlas (protocoles, compte rendu des réunions …) seront diffusées sur la liste de discussion des Naturalistes Angevins (Pour s’inscrire c’est ici : http://fr.groups.yahoo.com/group/naturalistesangevins/), ainsi que sur le site de l’association.
-          Pour le grand public les documents du GMB seront réutilisés (ex : carte postale par espèce…). Par ailleurs des conférences de presse seront réalisées au cours des années. Enfin l’information sera diffusée dans les bulletins de la LPO Anjou et du CPIE Loire et Mauges. Pour terminer se sera à la charge des référents de chaque groupe de dynamiser la communication autour de « leur espèce » (ex : article pour récolte de pelote de réjection, formation à la reconnaissance d’indice de présence de mammifère semi-aquatique…).


Réalisation d’un pré atlas : Présenter un état des lieux des connaissances mammalogiques de nos jours (à faire pour les rencontres). Des cartes seront produites tous les six mois afin de voir l’état d’avancement de l’atlas.